Mutualisation et rapprochement de branches N°2

 

David CLUZEAU, Délégué Général du CNEA, syndicat représentatif dans 4 champs conventionnels de l’Economie sociale et solidaire nous livre sa perception des rapprochements de Branche

 

 

 

 

1/ Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre fédération ainsi que sur son fonctionnement ?

Le CNEA est un syndicat représentatif dans 4 champs : l’Animation qui est son champ historique et principal, le Tourisme Social et Familial (TSF), le Sport, et les Foyers de Jeunes Travailleurs (FJT).

Pourquoi cela, parce qu’avant d’être un seul syndicat, il y avait historiquement 4 syndicats de la branche de l’Animation. L’un d’entre eux représentait la branche de l’animation et celle du TSF. Ensuite un syndicat du TSF est venu nous rejoindre. Par ailleurs certains adhérents qui étaient des acteurs du sport ont souhaité que le CNEA participe à l’écriture et à la négociation de la CCN du sport.

Après cette fusion initiale, le SNEFOS, syndicat des Foyers de Jeunes Travailleurs, a recherché une autre organisation sur laquelle s’appuyer pour pérenniser ses travaux (sans parler de fusion de Branches), et a rejoint le CNEA.

Le CNEA est la résultante de ces différents syndicats avec pour vocation de mutualiser les forces et rendre le maximum de services aux adhérents. Nos convergences sont plus fortes que nos divergences, tout en garantissant l’expression des diversités.

 

2/ Avez-vous mis en place des services partagés ?

La culture du CNEA est d’offrir plus de moyens à nos adhérents, grâce à la mutualisation de nos ressources et à la solidarité entre les acteurs.

Tout est en service partagé, permettant à l’ensemble des adhérents, indépendamment de leur Branche de bénéficier des services du CNEA. Nous choisissons les meilleures pratiques de chaque organisation qui a envie de nous rejoindre pour améliorer les services offerts. Par exemple, nous avons intégré les pratiques des WEBINAR RH qui étaient pratiqués par la Branche des FJT et allons proposer cette technologie à l’ensemble des Branches.

La diversité est maintenue à travers le respect des spécificités de chacun, par exemple chaque Branche a ses fiches juridiques et sa CCN annotée. Le cœur de notre métier étant la négociation, nous souhaitons que le conseil juridique offert à nos adhérents soit très efficient.

 

3/ Que pensez-vous du rapprochement de Branches ?

Cela ne doit pas être une règle absolue. Mais cela peut être nécessaire dans certains cas, et renvoie au rôle des Branches. Une Branche qui souhaite tenir un rôle important souhaitera grandir pour peser davantage sur les enjeux de concurrence et de compétitivité, pour travailler sur les parcours professionnels, les classifications, la formation professionnelle, les questions de Santé et de Prévoyance.

Le régime de prévoyance d’une Branche de 5000 personnes peut être moins résistant donc plus volatil que celui d’une Branche plus importante.

Nous pensons que les rapprochements sont intéressants sur ces aspects techniques. Cependant un rapprochement doit être guidé par une certaine homogénéité, dans la manière d’entreprendre de ses entreprises adhérentes, et sous réserve de maintenir une structure économique : ainsi le cas des branches majoritairement composé par des entreprises avec effectifs de petite taille (par exemple moins de 20)  n’est pas le même que celui des Branches composées en majorité d’entreprises avec des salariés de plus de 500 personnes. (qu’est-ce que cela signifie : structure économique –> cohérence économique)

 

4/ Pour quel type de Branche pourriez-vous être une structure d’accueil ?

Nous n’avons pas de schéma préconçu. Il convient cependant d’avoir des métiers proches avec des problématiques d’emploi et de salaire qui ont des points communs. Par exemple des branches ayant des métiers liés à l’Economie Sociale et Solidaire, des salariés ayant des diplômes proches, avec des entreprises ayant des effectifs de petite taille.  L’objectif est de constituer un ensemble cohérent.

 

5/ Concernant cette thématique de rapprochements de branche, quelle est la prochaine étape pour le CNEA ?

Entamer des discussions avec des Branches qui ont des points communs avec nous dans le but de créer une communauté d’intérêts.

Il est indispensable de distinguer deux projets différents : rapprochements de Fédérations et Rapprochements de Branches.

Une Branche peut se rapprocher de nous sans nécessairement se rapprocher du CNEA, car nous souhaitons intégrer au sein du CNEA des syndicats ayant pas des valeurs communes

 

6/ Quels sont les facteurs de succès et d’échec des rapprochements de Branche

Facteurs de succès :

  • Le vouloir. Une rencontre de volontés au niveau des OP. Puis ensuite une volonté partagée par les organisations syndicales de salariés ;
  • Que le nouvel ensemble soit vecteur de progrès et de plus de sécurité, profitable pour les employeurs et pour les salariés ;
  • Travailler sur des rapprochements accessibles. Il ne faut pas être utopiste et créer des liens fictifs.

Facteurs d’échec :

  • Absence de confiance ;
  • Absence de transparence ;
  • Des écarts trop grands ;
  • Des OP qui oublient d’échanger avec les OS.

 

7/ Et si les CCN c’était à refaire, que feriez-vous ?

Je repenserai à l’origine des Convention Collectives et suggérerait que les acteurs de l’époque aient des périmètres de discussions plus large. Un certain nombre de sujets actuellement abordés auraient pu être traités il y a 30 ans